top of page
Rechercher
  • Valérie CAILLIEZ

Pourquoi faire un atelier de ludo-stratégie ?



Quelle drôle d’idée d’associer ces deux mots, jeu et stratégie ? Et pourtant !


Le jeu nous accompagne depuis la nuit des temps, pour notre divertissement certes mais aussi pour nos apprentissages. Les jeux sérieux ont vu leurs premiers usages avec la stratégie militaire et les jeux de simulation dès le XVIIIème siècle. Aujourd’hui, ils font le bonheur des jeux vidéo. Quelle relation avec la vie en entreprise direz-vous ?


Quand tout semble compliqué, le jeu est souvent un excellent allié. Plus le sujet à traiter est complexe, plus l’enjeu est gros et plus le jeu va faciliter la séquence. J’accompagne les entreprises dans leurs transformations en faisant appel à différents outils selon les sujets à traiter et j’utilise très souvent des jeux sérieux.


En structurant la réflexion, le jeu va modéliser une démarche. En posant des questions simples ou parfois plus poil à gratter, le jeu va favoriser les échanges entre les joueurs et inviter à des confrontations positives. En cassant la routine des sempiternelles réunions, le jeu va inviter la créativité à sa table.


Plus le sujet a besoin de l’#intelligencecollective de l’équipe, plus un jeu collaboratif va permettre aux joueurs de jouer ensemble et pour le bien commun qui les rassemble : leur entreprise.


En questionnant soigneusement mon interlocuteur, je vais clarifier l’enjeu de la séquence et choisir le bon dispositif. Je puise bien sûr dans la collection de JEUXDENJEUX pour animer un atelier. Lorsque le sujet est ardu, jouer vite n’est pas nécessairement la solution. On va plutôt choisir un jeu qui permet de s’appuyer sur la méthode qui le sous-tend.


Prenons le jeu PARC par exemple, qui permet de dessiner une stratégie en affirmant une vision avec le P de cette Posture qui donne le ton au projet, en décidant de sa mise en œuvre avec le A de l’Action qui libère les possibles, en avouant une ambition avec le R du Résultat qui motive et en identifiant les opportunités derrière le C des Contraintes qui stimulent la créativité.


Nous allons exploiter la structure du jeu pour creuser chaque étape de la réflexion, partager les points de vue, choisir ceux sur lesquels le groupe s’accorde. Le jeu est un prétexte pour animer la réflexion. Et souvent, sous couvert d’un jeu, les joueurs se dévoilent plus vite, les langues se délient. Le jeu accélère les échanges, ose poser les questions qui fâchent et anime le débat.


Durant la séquence, je vais relancer le débat, pousser parfois encore un peu plus loin les échanges, demander à clarifier un point ou à le rendre plus opérationnel, aider à formuler ou reformuler, à consigner le fruit de la réflexion collective, à rythmer la séquence par un enchainement d’outils si nécessaire.


Le jeu est un fidèle partenaire pour passer des caps difficiles.


Prêts pour une partie ?

Comments


bottom of page