Rechercher
  • Valérie CAILLIEZ

Et si l'Ecosse était le nouveau paradis climatique ?


Après une réflexion sur l’avenir de l’eau, voici venu le temps du deuxième numéro de la saga Hypothèses de Futur consacré aux paradis climatiques.


Sécheresses, dômes de chaleur, tempêtes, pics de froid, pluies diluviennes, inondations, le dérèglement climatique s’exprime violemment sur tous les tableaux et initie les premiers flux migratoires qui ne devraient que grossir dans les années à venir. La redéfinition des surfaces habitables pourrait être vue comme une belle opportunité de rééquilibrer les territoires, elle sera plus certainement une nouvelle épreuve pour une grande partie de l’humanité.


A l’échelle plus restreinte de notre horizon proche, nous pouvons aussi imaginer des solutions pour retarder ou diminuer les effets sur notre quotidien. Le sujet traite plus ici des fortes chaleurs que des grands froids, plus en souvenir de l’été que nous venons de passer que dans la perspective de l’hiver à venir.


Comme la première fois, cette Hypothèse de Futur n’est qu’une extrapolation réalisée à partir de divers faits que nous identifions comme des signaux. Elle est tout à la fois un peu réaliste et un peu imaginaire, juste une façon de se projeter dans un futur probable. Elle est surtout prétexte à se questionner sur nos choix et à envisager chaque événement comme une opportunité de changement et d’innovation.


S’il est difficile de prétendre détenir une vérité pour l’avenir, en revanche il est très utile de se poser des questions et d’envisager différentes pistes de solution. Notre créativité est sans limite et l’intelligence collective est une force vive avec laquelle nous pouvons compter pour trouver des réponses là où l’avenir semble incertain, pour ne pas dire anxiogène. Pourquoi envisager toujours le pire face aux enjeux qui s’imposent à nous ? N’est-il pas intéressant de regarder les hypothèses et de construire un chemin nouveau pour passer les périodes de grosses turbulences ? Il est fort probable que ce ne sont pas d’anciennes recettes qui bâtiront le monde de demain, alors pourquoi ne pas imaginer dès maintenant de nouvelles voies ?


Bien sûr, il est assez aisé de regarder tout cela d’une fenêtre française, ce n’est certainement pas le cas pour les Pakistanais qui se battent contre les eaux après avoir subi des températures extrêmes quelques mois auparavant, ou pour les Indiens qui ont vu des milliers d’oiseaux tomber du ciel en mai dernier, littéralement épuisés et déshydratés à cause des fortes chaleurs.


L’Hypothèse de Futur met en avant les pays tempérés, auto-suffisants en énergie et nourriture et modérément peuplés. Plus prompts à contrer les effets actuels du dérèglement climatique, ils pourraient devenir de véritables aimants pour de futurs réfugiés climatiques, jusqu’à faire basculer l’équilibre précaire qu’ils possèdent aujourd’hui.


Et vous, avez-vous déménagé pour des raisons climatiques ou envisagé de le faire ? Avez-vous fuit les chaleurs urbaines ou revu votre position sur le bonheur de vivre dans le Sud ?