top of page
Rechercher
  • Valérie CAILLIEZ

Et si le pétrole devenait objet de musée...


Le pétrole peut-il devenir un objet de musée ? L’ère des hydrocarbures sera-t-elle un jour derrière nous ? En effet, notre monde très lié à l’énergie et en particulier au pétrole ; repose sur un produit en voie de disparation. Que se passera-t-il le jour où il n’y aura vraiment plus de pétrole ?


Nous pensons tout de suite au prix du carburant à la pompe qui ne cesse d’augmenter, au fioul qui remplit nos cuves de chauffage, c’est effectivement la partie très visible de l’iceberg. Mais qu’en est-il de tous les matériaux et traitements issus de la pétrochimie ? Si nous ne pouvons plus produire d’essence, comment produirons-nous nos plastiques, résines, fibres et autres adjuvants ?


D’ailleurs peut-être que cette Hypothèse de futur aurait pu commencer par Quand et non Et si… ? Dans tous les cas, elle propose d’explorer les conséquences probables de la fin du pétrole. Elle brosse rapidement un tableau sans pétrole, où la géopolitique aurait bouleversé les forces en présence.


La pétrochimie, pour ne parler que d’elle, est le deuxième secteur consommant le plus de pétrole, après les transports et devant les bâtiments ou la production d’électricité. Elle représente près de 30% des besoins industriels d’énergie. Alors que se passe-t-il lorsque sa base s’effondre ?


Tout comme il semble difficile d’arroser un champ quand l’eau vient à manquer, il semble complexe d’envisager produire du polyester, du polyamide, de l’acrylique, du polyuréthanne…. si la source n’est plus au rendez-vous.


Réfléchissons un peu à tout ce qui nous entoure et possède, peu ou prou, du pétrole en son sein. Textiles certes, surtout la fast fashion, le sport, les textiles techniques, les chaussures, les accessoires… et aussi les matériaux de construction, les emballages et contenants divers et variés, les intérieurs d’avion et autres pièces automobile, les revêtements de sol, les meubles, les objets divers, les cosmétiques et les produits sanitaires, les peintures et revêtements en tout genre, les traitements… bref, un peu tout notre univers.


Maintenant imaginez notre quotidien sans tous ces objets tributaires du pétrole… Un peu vide, non ?


N’est-ce pas une formidable opportunité pour imaginer faire autrement ?


Ne restons pas devant un tableau angoissant d’un avenir sans notre hydrocarbure préféré, créons dès maintenant de nouvelles voies de production et de nouveaux matériaux. Nous n’avons plus le temps d’attendre des siècles ou des millénaires que le pétrole se renouvelle, alors concevons avec des substances renouvelables, changeons notre approche et nos modes de vie pour les rendre plus durables.


N’y-a-t-il pas d’autres façons d’envisager la création d’objets ? Nous n’étions pas si démunis avant que le pétrole n’émerge. Sans penser revenir complètement en arrière, ne serait-il pas judicieux de faire un pas de côté pour explorer de nouveaux territoires ? En un mot, n’est-il pas temps d’innover ?


Comme chaque Hypothèse de Futur, les faits exposés se basent sur des données tangibles qui sont extrapolées pour dessiner des conséquences plausibles et faire émerger des pistes d’innovation. L’Hypothèse ne prétend pas être la réalité, elle vient surtout interroger nos pratiques et questionner nos modes de vie. Elle cherche à montrer l’opportunité derrière chaque obstacle.


Vous pouvez les retrouver chaque mois en vous abonnant à Pommes à croquer, la newsletter de POM3 ou en nous suivant sur LinkedIn.



Comentários


bottom of page