Rechercher
  • Valérie CAILLIEZ

L'innovation est-elle un phénomène de mode ?


L’innovation est dans toutes les bouches, elle a envahi nos modes de pensée mais peut-on considérer qu’elle est à la mode ?


Le mot peut-être et d’ailleurs comme tout mot au goût du jour, il finit par être galvaudé et nombre d’entre nous l’utilisent à mauvais escient ou à toutes les sauces. Si le mot est d’actualité, son usage l’est tout autant. Même si au fil de l’humanité, nous avons apporté ces fameux changements, par petits ou grand pas et parfois avec des pas de côté, nous parlions alors plutôt de progrès. Chaque nouveau pas étant vu comme bénéfique pour la société. Aujourd’hui nous pourrions nous demander si l’innovation est toujours un progrès mais laissons la question pour un autre post. Innovation mon amour ! C’est mon cœur de métier et pourtant parfois je m’interroge sur l’intérêt de ce que je vois consacré comme innovant.


Nous sommes donc dans l’ère de l’innovation, avec ses codes, ses méthodes, son écosystème et son jargon. Côté vocabulaire et anglicismes en tout genre, nous sommes sans conteste au summum. Nous nous gargarisons de mots qui essaient de démontrer notre connaissance du sujet. Nous nous enfermons dans une jargonite aigue qui rend hermétique tout discours pour des non-initiés.


Nous vivons au gré de l’arrivée de nouvelles méthodes d’innovation, annonciatrices de solutions qui panseront les plaies que nous avons créées ou de besoins que nous n’avons pas toujours conscientisés. Nous faisons une boulimie de techniques, l’une chassant l’autre régulièrement. Chaque nouvelle venue est utilisée jusqu’à écœurement avant d’être supplantée par la suivante.

Nous sommes comme dans un phénomène de mode, quand la nouvelle couleur est envahissante, brute, sur tous les supports, jusqu’à ce qu’elle devienne plus subtile, plus riche, mieux digérée et laisse peu à peu la place à une autre couleur. Alors oui, à défaut d’être à la mode, on peut dire que l’innovation vit au gré des tendances qui la définissent.


Mais sont-ce les méthodes qui définissent la pertinence des concepts développés ? Devons-nous succomber à la dernière technique pour être plus innovants ? Avons-nous vraiment besoin de tout ce bruit pour imaginer le monde de demain ? Avons-nous besoin de nouvelles méthodes pour créer de nouveaux codes ou sont-ce ces nouveaux codes qui vont apporter de nouvelles méthodes ?


L’innovation semble avoir besoin de se réinventer en permanence, et si ce n’était pas comme nous le pensons ? Si le monde doit changer, sa matrice, ses codes, son système doivent être mis à plat. L’innovation reste d’actualité mais sa finalité peut évoluer. Innover pour créer de la valeur pour l’entreprise peut-il être remplacé par innover pour créer de la valeur pour la planète ? Si nous modifions l’objet du contrat, les méthodes à la mode aujourd’hui seront-elles toujours pertinentes demain ? Et le mot innovation sera-t-il encore le bon terme ?


Qu’en pensez-vous ?