top of page
Rechercher
  • Valérie CAILLIEZ

A quoi ressemble une mission de prospective ?



POM3-derrière la pomme

Dans le monde actuel où tout va si vite et rien n’est bien simple, je rencontre des entreprises qui ont besoin de redonner un cap clair à leur stratégie. Cependant avancer dans le brouillard de l’incertitude n’est pas vraiment facile alors la démarche de prospective que je propose, fonctionne un peu comme une boussole.


Plusieurs temps forts dans ce type de démarche qui s’adresse surtout aux dirigeants et leurs instances de gouvernance.


Pour commencer, il est important de clarifier les enjeux. Quel horizon de temps est visé ? C’est indispensable que tous les acteurs se mettent d’accord, cela me permet aussi de choisir les bons outils et d’affuter ma recherche d’information.


Plus le curseur est loin, plus on peut envisager de bouger le système, plus le curseur est proche, plus les incidences seront opérationnelles. Tout dépend de la volonté qui sous-tend la démarche. Remous en surface pour passer un cap difficile ou transformation profonde pour modifier un modèle économique par exemple ? Là aussi, par mon questionnement et des approches plus ludiques, je vais aider l’équipe à décider de son ambition.


De ce choix de temporalité va découler le mode d’observation de l’environnement. Regardons-nous les tendances à moyen terme pour bouger la stratégie à 5 ans ou plutôt à long terme pour faire évoluer notre métier ?


Une fois le cadre fixé, je fais un travail de synthèse des forces de transformation à l’œuvre, avec une mise en avant des tendances lourdes, de leurs origines et des signaux faibles annonciateurs d’éléments potentiellement perturbateurs, souvent plus accélérateurs du mouvement qu’empêcheurs de tourner en rond. Je m’appuie sur une veille fournie et régulière, mon expérience dans la détection des tendances et ma curiosité sans limite. Décoder le comportement des individus est une passion que je cultive depuis le début de ma carrière.


L’apport d’experts externes qui viennent éclairer la réflexion est très utile à ce stade. Leurs visions enrichissent les connaissances du groupe de travail et invitent la curiosité dans le cercle. Je vais puiser dans mon réseau déjà large, mes lectures multiples et écoutes variées de podcasts et conférences pour identifier les personnes remarquables, témoins de notre temps, visionnaires d’un certain futur, porteuses d’un concept ou simplement engagées pour une cause. Pour certaines missions un peu longues, je peux aller chercher plus de 20 experts comme avec le groupe de travail Mode 2050 du Fashion Green Hub mais en général je suis plutôt entre 2 à 5 experts différents.


Je vais aussi dresser une liste de sources inspirantes si la mission s’y prête et je modulerai son contenu selon l’appétence du groupe et son expérience. Cela peut donner des listes assez fournies et variées en supports pour des groupes aguerris et curieux comme avec la Fondation Aralis ou des morceaux choisis plus accessibles pour des étudiants en master comme avec Mod’art International ou MyDigitalSchool.


Une fois toute cette matière sur la table, nous allons décoder les pistes d’évolution et surtout les envisager comme une source d’idées pour faire bouger les lignes. Détecter les opportunités d’innovation derrière les tendances est au cœur de la démarche. Quels impacts ces évolutions peuvent avoir sur l’entreprise ? Quelles nouvelles portes ouvrent-elles et ferment-elles ? Comment s’emparer des sujets pour en faire des pistes de développement pérennes ? Là aussi quelques jeux comme Kapa de la collection jeuxdenjeux ou des matrices stratégiques vont aider la génération d’idées. La prospective est une formidable source d’idéation.


L’étape suivante va surtout maturer la ou les idées d’innovation mais cela fera l’objet d’un autre post.


Prêts pour vous embarquer dans une démarche d’exploration des futurs ?

 

Ce post est le premier d'une série que j'espère longue et passionnante (surtout pour vous) sur les dessous de mon métier.

Comments


bottom of page